• Ecuries du pato : premier entrainement. chap 4

              Les écuries du pato…

     

    Chapitre 4  -  Premier entrainement

     

     

              Pour commencer, dit Diego  qui se veut pédagogue, le horse-ball  est  une discipline  équestre qui se développe de plus en plus.

    —Je sais, je sais s’écrie Rémy.  J’ai surfé ce matin sur ma tablette. Tout est marqué dans Wikipédia.  Les joueurs ont même un  site sur lequel  on retrouve leurs championnats et tout le matériel nécessaire…. Et puis, on est Champions du Monde… whaouuuuu

    —Tout doux, tout doux reprend Diego,  tu dis vrai, mais avant de devenir champions voyons d’abord comment on y joue.

    —Facile ! continue Rémi, en se saisissant  du ballon à 6 anses qu’a ramené le moniteur… On se fait des passes avec le ballon et on va le lancer  dans le panier des adversaires. L’équipe qui a marqué le plus de buts gagne le match. Rémy fait mine de lancer un ballon vers le fond de la carrière, un grand sourire aux lèvres.

    — Mais il est où, ce panier, demande Thildou inquiète ?

    — Regarde au fond du terrain. Ne vois- tu rien de nouveau dit son jumeau ?

         Thildou se tourne :

    —C’est ce cerceau accroché au piquet ? s’étonne t-elle.

    — Exact  dit Diego. J’ai installé une potence et pour le moment nous utiliserons cet anneau de barrique récupéré dans le chai de notre voisin.

    —Plutôt artisanal se moque Rémi. Sur le site d’horse ball ce sont des vrais buts…

    —Mais c’est  trop haut, commente d’une voix plaintive  Thildou. Je ne vais jamais y arriver. Et comment lancer ce drôle de ballon, alors qu’on tient ses rênes ? C’est impossible continue t-elle…

    —Ne t’inquiète pas, réplique  Diego, on n’y est pas encore…. Avez-vous vu  comment  vos poneys  étaient harnachés ?  Regardez les étriers : ils sont reliés par une lanière de cuir. C’est la sangle de ramassage. Elle vous permettra de vous pencher jusqu’au sol sans tomber.

    —On devra aussi raccourcir nos rênes intervient Rémi… Il faut faire un nœud !

    — C’est vrai !  acquiesce son moniteur, mais avant tout,   commencez  par détendre  vos poneys. Plus ils seront échauffés, moins ils se blesseront… Allez, en selle la troupe !

     

              Rémy et ses amis se répartissent dans le manège. Après avoir marché quelques minutes, Alex demande à Kaliche qu’il affectionne tant de partir au trot puis de galoper.

              Au fond de la carrière,  Paola  relâche  progressivement ses rênes. Elle demande  à Loïse d’étendre son encolure. C’est sa première reprise sur le dos de la ponette grise. Toutes deux sont très concentrées. Paco, quant à lui conduit Chef de File tout en douceur.

    —Marche sur des courbes plus serrées ! ordonne  son père qui le suit de ses yeux attentifs.

              Puis, Diego rassemble les cavaliers, noue les rênes de chacun, avant de continuer.

    — Vous allez maintenant  marcher puis trotter sans tenir vos rênes. Le horse ball  est un sport d’équilibre et vous aurez besoin de vos mains pour faire vos passes.  Thildou n’est pas rassurée…

    — Allez ! Lâche  une main, Mathilde, puis l’autre ! Aie confiance en ton poney !

    —Plus haut Paola ! Très bien  Paco …

              Peu à peu, les enfants se libèrent et bientôt trottent sans se raccrocher à leurs précieuses rênes.

    — Rémy, suis le mouvement de ton poney, intervient le moniteur.

    — Alex, détends toi, aligne tes talons avec ton bassin.

    — Paco, prends garde, fixe ton bas de jambes ou…

               Trop tard, le jeune cavalier a perdu l’équilibre.  Thildou éclate de rire suivie des autres adolescents. La benjamine du club apprécie beaucoup le jeune Paco qu’elle considère comme un troisième frère.

    — Pas de bleu ? dit son père en l’aidant à se relever. Tu régaleras des copains d’un gâteau…

    Le visage de Paco s’éclaircit d’un grand sourire tandis qu’Alex lui envoie  un clin d’œil.

    —Ce n’est pas tout, reprend Diego. Il faudrait peut être toucher la balle.  Un drôle de ballon navigue entre ses mains. Il est entouré de  six anses de cuir.   

      Ca a bien changé ! dit Rémy… j’imagine la tête de Thildou si elle devait jouer avec un canard enfermé dans un panier en osier…. C’est ainsi que les Argentins jouaient à l’origine.

    — Tout évolue ! répond Alex moqueur. Mais, ce  n’est pas la peine d’écœurer Thildou !

              La fillette ne peut s’empêcher de grimacer.…

    — Placez -vous les uns à coté des autres,  continue Diego.  D’abord Kaliche, puis Kéloïa, Loïse, Chef de file puis Elégant. A mon signal, vous marcherez au pas et vous vous mettrez debout sur vos étriers et vous passerez le ballon à votre voisin!

              Alex s’empare  aussitôt de la balle, la lance à son frère  qui la transmet à Paola qui la donne à Paco qui la dépose dans les mains de Thildou.

    — Erreur ! Intervient Diego. La balle ne se donne pas, elle se lance ! Recommencez donc, en espaçant vos montures.

              A nouveau la balle circule. Inquiète,  Thildou fixe le panier  fixé au bout du manège.  Ca lui permet de mieux garder l’équilibre.

              Paola, à l’aise, accompagne le lancer avec ses bras. Attentive aux conseils de Diego, elle  semble avoir oublié le départ de sa maman. Fiers de réussir  les cavaliers,  se mettent à trotter en cadence.

    — Rémy, relâche tes genoux, qu’ils agissent comme des ressorts.

    —Alex,  lance ta balle comme si tu jouais au rugby. Oui c’est mieux.

              C’est alors que Paco fait une passe  énergique à Mathilde

    —Mais  tu pourrais faire attention ! s’écrie la fillette effrayée. Tu as failli assommer Elégant !

              Diego  ramasse la balle tombée sur le sol et la lui relance doucement.

    — Essaye toujours de rattraper ta balle des deux mains, Mathilde. Tu verras, c’est plus facile.

    — Oui, mais moi j’ai peur de lâcher mes rênes. Je ne me sens plus en sécurité, je ne peux plus guider mon poney répond la jeune cavalière.

              Diego bienveillant la rassure :

    — Tu te débrouilles très très bien.

    —Quant à toi, mon fils, assure tes passes. La balle doit arriver dans les mains de ton partenaire.

     

              Après quelques tours de manège, les enfants se sentent à l’aise. Les poneys  mis en confiance  trottent.  Les enfants ravis de ce changement d’allure  accélèrent leurs passes.

    — Repassez au pas, puis marchez rênes longues  leur demande  Diego.  Passons maintenant  au ramassage. Vous allez comprendre combien la sangle qui relie vos étriers  est importante.

    — Rémi et kéloïa, approchez-vous ! Nous ferons  l’exercice  à l’arrêt, mais  sachez  que ramasser à l’arrêt est formellement interdit, car vous fatigueriez le dos des poneys.

              Diego place le ballon   près de la ponette et invite Remi à récupérer la balle. Aussitôt, le jeune garçon se penche  et essaye d’attraper le ballon. En vain. 

    — Je n’y arrive pas, dit-il,  mes bras ne sont pas assez longs. Si je me penche davantage, je vais tomber.

    — C’est ici que la sangle de ramassage  prend son utilité, commente  le moniteur…  d’un coté, tu vas descendre le long de l’antérieur, tandis que de l’autre tu vas amener ton genou  sur ta selle.  Ton corps bascule dans le vide avec beaucoup plus d’amplitude mais tu ne peux pas tomber car tes pieds sont reliés.

              Sans attendre,  Rémi  s’exécute. Tête  en  bas, il regarde ses amis, heureux de voir le monde à l’envers.

    — Pas mal  ajoute t- il avant de remonter, en s’aidant de la crinière. 

      A toi  Paola !

              La jeune fille positionne son genou sur la selle et glisse vers la balle avec beaucoup d’aisance.

    — Quelle souplesse  remarque dit Alex.  Tu jouais au horse ball dans ton club ! 

    — Non non ! dit-elle, en  contractant ses abdominaux pour remonter. 

    A  mon tour s’écrie t-il, curieux de réaliser cette cascade.

               Mais son poney est un peu plus grand que les autres. Le sol parait plus loin.  Ayant mal positionné son genou, il se retrouve bloqué.

    — Mes étrivières sont trop courtes dit- il, je n’y arrive pas.  Rapidement, Diego modifie sa position et il peut balayer le sol de ses longs doigts.

              Puis, vient le  tour de Paco  qui l’imite  facilement . Quant à  Mathilde, elle s’agrippe craintivement à Diego qui l’aide à affronter le vide puis à remonter.

    — Ca donne le vertige dit-elle. Je préfère rester sur le dos de mon poney chéri.

    — C’est bien  sourit Diego. Tu t’es comporté comme une cavalière.    Faisons maintenant  refaire quelques ramassages alors que votre poney marche. Pour ce faire, il lance la balle  un peu plus loin. 

    — Tu commences Paola ?

              La jeune cavalière  ajuste ses rênes.   Arrivée  à hauteur de la balle, elle se laisse glisser délicatement vers le sol, touche la balle  puis remonte en selle  avec une facilité déconcertante.  Alex sous la selle de Kaliche  la suit. Concentré, il se déhanche  et ramasse la balle plus aisément que la première fois.

    —Toi, c’est facile ! marmonne  Thildou plaintive. Tu as des grands bras. Il suffit que tu te penches un peu pour attraper le ballon.

    —Mathilde,  l’interrompt  son ainé en souriant, toi aussi tu vas y arriver.  Diego va t’apprendre.

    — Oui, mais moi je suis petite et je ne veux pas que mon poney avance quand j’aurai la tête en bas.  Ca me donne  mal à la tête. 

    — Ne t’inquiète pas, intervient  le moniteur. Tu  ré-essayeras demain. Regarde  comme Rémi s’applique.

              En effet,  son frère  s’est avancé vers la balle.  Très proche de sa jumelle, il ressent son trac. C’est pour elle qu’il  la ramasse  et lorsqu’il vient la déposer dans ses mains, Thildou retrouve le sourire et se dépêche de lui renvoyer la balle.

    — Et si on jouait au horse ball s’écrie alors Paco que le ballon démange. On se fait des passes et on va marquer le but comme au basket. D’accord ?

         En quelques minutes, sous l’œil attentif de Diego, la partie s’engage. Les enfants sont aux anges.  Parfois les passes manquent de précision. La balle ne franchit pas souvent le cerceau, mais dans tout le manège résonnent les rires des enfants. Soudain, la voix  grave de Fred retentit …

    —Mais qu’est ce que c’est que ce vacarme ?  hurle t-il pour se faire entendre. Je ne peux même plus travailler !

         Il s’approche. Ses yeux  s’attardent sur chacun des cavaliers.

    —C’est quoi cette  nouvelle manière de  monter ? N’avez-vous jamais appris à  chausser correctement vos étriers ? gronde t-il  avant de  disparaitre vers la sellerie.

     

    www.ecuriesdupato.over-blog.com

     

    mail : ecuriesdupato@hotmail.com

     

    https://www.facebook.com/EcuriesduPato

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :